Afin d’aider les ménages à financer l’achat de leur première résidence principale, l’État a mis en place le PTZ ou prêt à taux zéro. Comment ça marche ? Y avez-vous droit ? Voici tout ce qu’il y a à savoir sur ce dispositif d’aide à l’accession à la propriété.

Le PTZ, un prêt sans intérêt

Le PTZ est un crédit accordé par les pouvoirs publics pour le financement d’une partie de l’achat d’un bien immobilier. Dépourvu d’intérêts, il est mis à la disposition des particuliers en France, que ce soit en métropole ou dans les départements d’outre-mer. Comme ce prêt ne finance qu’un pourcentage du coût de la maison, il appartient donc à l’acquéreur de le compléter par ses subventions personnelles ou par un crédit immobilier principal. Le montant y afférent varie d’une localité à une autre, et le logement faisant l’objet de l’achat doit être neuf, ou ancien avec des travaux, dont le coût s’élève à 25 % du prix total de l’opération. Comme l’explique le site le-ptz.com/, les bénéficiaires de ce crédit à taux d’intérêt nul disposent de 25 ans au maximum pour rembourser leur prêt. Mais, ils peuvent aussi avoir recours à un différé de remboursement en fonction de leurs revenus. Il s’agit d’une période pendant laquelle ils n’effectuent pas de remboursement. En fonction de la zone où ils se trouvent, ils ont ainsi la possibilité de repousser le paiement de leurs mensualités de 5 à 15 ans.

Le PTZ +, une amélioration du prêt à taux zéro classique

Depuis sa mise en place, il y a une vingtaine d’années, le PTZ connait quelques modifications chaque année. Il était supposé prendre fin en décembre 2017, mais l’État a décidé de le reconduire jusqu’en 2021 et d’adopter un principe d’accession plus ciblé. D’où le nom « prêt à taux zéro plus ». Également appelé prêt à taux zéro renforcé, ce nouveau prêt à taux zéro sera octroyé jusqu’en 2021 pour l’achat d’une maison neuve dans les groupements les plus tendus, notamment les zones A, A BIS et B1. Jusqu’à fin 2019, ceux qui sont intégrés dans les zones C et B2 resteront encore éligibles, mais le plafond sera revu à niveau de 20 % du coût maximal de l’opération. Et pour l’achat de logement ancien avec travaux, ceux qui se trouvent dans les zones B1, A et A Bis ne sont plus éligibles au prêt à taux zéro renforcé depuis le début de l’année 2018. Le dispositif est accordé uniquement aux demandeurs situés dans les zones C et B2.

Quelles sont les conditions d’accès au nouveau prêt à taux zéro ?

Certaines conditions du ptz ont été maintenues dans le cadre du prêt à taux zéro plus. Ainsi, pour bénéficier du dispositif, vous devez être un primo-accédant (c’est-à-dire ne pas être propriétaire de votre résidence principale), et le prouver par des documents officiels. Toute personne étant déjà propriétaire peut tout de même y avoir recours si le logement est destiné à abriter une victime de catastrophe naturelle, un bénéficiaire d’allocation pour adulte handicapé, ou une personne disposant d’une carte d’invalidité. Aussi, il est nécessaire que le bien concerné réponde aux normes exigées en termes de surface au sol, de hauteur sous plafond, et de sécurité.