Pour l’acquisition d’un bien immobilier, le crédit immobilier est souvent nécessaire. Cependant, cette opération financière requiert une précaution, l’assurance crédit qui, dans ce cas de figure, est exigée par la plupart des organismes financiers. Tout comme le choix de la banque, celui de l’assurance ne doit pas être fait au hasard. Il est donc important de connaître les critères qui permettent un meilleur choix.

Le crédit immobilier, qu’est-ce que c’est ?

Le crédit immobilier est un prêt contracté auprès d’une banque ou de tout autre établissement de crédit, avec l’intention de financer la construction, la rénovation ou l’achat d’un bien immobilier. Ce prêt peut servir à couvrir la totalité ou une partie de l’opération. Le crédit s’étend généralement sur plusieurs années et est remboursé par mensualités. Par conséquent, c’est une opération sur le long terme qui mérite qu’on y accorde de l’attention. Pour avoir une idée précise de la portée de l’engagement que l’on est en train de prendre, il existe un outil pratique qui sert de guide. Il s’agit du simulateur de crédit, cliquez ici si vous souhaitez avoir des informations et identifier la meilleure assurance.

Il faut noter que la contraction du crédit est assujettie à un apport personnel qui est établi dans une proportion de 10 % à 30 %. Cette base financière sert de garant quant à la capacité de l’emprunteur à épargner. Toutefois, il est aussi possible de consentir un prêt sans apport, à condition d’apporter une preuve de solvabilité solide. Cela peut être des revenus stables et réguliers ou un emploi assorti d’une certaine sécurité.

Il est difficile aujourd’hui d’imaginer un prêt immobilier sans assurance. Par ailleurs, c’est une procédure qui est presque toujours incluse dans le dossier de crédit et qui interpelle par son caractère rassurant.

L’assurance crédit, une démarche indispensable

L’assurance crédit est une couverture qui prémunit les banques ou les organismes de prêts contre les défauts de paiement de la part des emprunteurs. Elle offre des garanties en cas d’invalidité, de perte d’emploi, de décès ou de perte d’emploi à la convenance du souscripteur. La durée du contrat d’assurance est calquée naturellement sur celle du crédit. Durant sa période de validité, s’il advenait que pour l’une des raisons évoquées plus haut, le contractant soit dans l’incapacité de solder ses primes, l’assureur s’engage à payer une partie ou la totalité du montant restant dû. De fait, la principale utilité de ce type de produit est de permettre d’un côté que le crédit puisse courir jusqu’à son terme et de l’autre, empêcher que la personne qui contracte le prêt soit en incapacité de rembourser. La couverture fonctionne donc des deux côtés, celui de la banque et celui de l’emprunteur.

Comment choisir la bonne assurance crédit

L’enjeu dès qu’on décide de demander un crédit immobilier est de choisir l’assurance la mieux assortie. À ce niveau, les emprunteurs sont en butte à des difficultés par rapport au choix qu’ils doivent opérer. En effet, il est courant que les établissements bancaires proposent une assurance de groupe que certains souscripteurs s’empressent d’accepter sans pour autant procéder à une réelle évaluation du contenu. Il est à souligner que cette assurance collective n’offre pas toujours une couverture adaptée à tous les profils. Par contre, il reste une autre alternative, celle de la délégation d’assurance par laquelle il est possible d’opter pour une autre assurance. Toutefois, ce type de changement ne peut être fait que si l’autre assureur propose des garanties au moins équivalentes à celles de l’assurance groupe de la banque. Toujours est-il que l’assurance doit être incluse dans toute simulation de crédit, car elle en fait partie intégrante.

La loi Hamon, le dispositif précurseur à la base de la délégation d’assurance

L’instauration du droit de résiliation et de substitution du contrat d’assurance emprunteur par la loi Hamon a été une véritable avancée dans l’écosystème du crédit immobilier. Grâce à ce dispositif, la contraction de prêt est devenue moins prohibitive, puisqu’il intègre désormais la possibilité de résiliation de l’assurance collective au bout de 12 mois sans pénalité. Si l’utilisation d’une méthode de simulation de crédit est conseillée pour comparer les différentes offres du marché, passer par la délégation d’assurance s’avère tout autant pratique. La résultante directe de ce procédé réside dans les économies substantielles qu’il permet de réaliser. En clair, on peut bénéficier d’une très bonne couverture en contrepartie de primes moins élevées que celles du contrat de groupe. On gagne ainsi une marge financière conséquente qui peut monter à plusieurs milliers d’euros sur plusieurs années.

En substance, la meilleure assurance crédit est celle qui réunit deux conditions incontournables :

  • De bonnes garanties
  • Un prix compétitif

En somme, une assurance économiquement attrayante ne serait pas avantageuse si elle ne comporte pas de couvertures suffisantes. L’une des raisons pour lesquelles la délégation d’assurance est perçue comme une bonne initiative, c’est la flexibilité qu’elle apporte à l’emprunteur. Ce dernier a toutes les possibilités d’engager des négociations avec un assureur tiers afin de bénéficier de primes et de garanties adaptées à son profil.

En ce qui concerne les procédures de résiliation, elles se déroulent comme suit : une notification portant objet du changement de police d’assurance envoyée par courrier recommandé à la banque  15 jours avant l’échéance de la première année de contrat. L’organisme prêteur s’occupe de renvoyer une réponse dans les 10 jours qui suivent, avant que l’emprunteur ne communique l’information au nouvel assureur. S’ensuivent les différentes démarches relatives à une nouvelle assurance crédit.