Quand on dit crédit immobilier, on doit forcément penser à la question de garantie que l’on doit proposer à l’organisme prêteur. Quatre propositions sont ainsi proposées par la banque dans le but de couvrir les risques liés à un défaut de remboursement : l’hypothèque traditionnelle sur le logement financé, le cautionnement et le nantissement.

Assurance décès invalidité et garanties

Les organismes prêteurs ne se contentent pas uniquement de l’assurance décès Invalidité, ils recourent également à toutes les procédures leur garantissant le remboursement du crédit octroyé en cas de risque de non paiement partiel ou total. C’est pourquoi, ils exigent des emprunteurs la souscription de différentes assurances et garanties. La première étape est l’assurance décès/invalidité, appelée aussi assurance emprunteur qui ne couvre que les problèmes de remboursement dus à une invalidité importante ou à un décès de l’un des co-emprunteurs. Et comme il n’y a pas que ce défaut là, qui pourrait entraver le paiement des échéances, les banques demandent en plus de cette assurance emprunteur une garantie de prêt immobilier, afin de couvrir les autres types de risques.

L’hypothèque

L’hypothèque est une garantie conçue pour couvrir les défaillances de remboursement d’un prêt immobilier et qui permettra à la banque de saisir un logement (maison ou appartement) et le vendre par la suite aux enchères judiciaires.

Si l’emprunteur par contre réussit à payer sa dernière échéance de crédit immobilier, l’hypothèque sera automatiquement levée sans frais. Mais en cas de vente du bien immobilier, il doit dans ce cas payer les frais de mainlevée d’hypothèque en faisant appel à un notaire.

Les frais d’une hypothèque

Le coût d’une hypothèque est généralement proportionnel au montant emprunté. Plus le montant augmente, plus le taux retenu sera dégressif.

La souscription d’une hypothèque conventionnelle implique plusieurs frais :

– Signature d’un acte authentique devant un notaire,

– Inscription à la conservation des hypothèques du lieu où est situé le bien,

– Taxe de publicité foncière. (Certains prêts préférentiels : prêts à taux zéro, des prêts conventionnés et des prêts d’épargne logement (d’un PEL ou d’un CEL) sont exemptés de payer cette taxe, d’où allègement de la facture).

Le cautionnement personnel ou mutuel

Le cautionnement est le type de garantie le plus plébiscité par les français ces dernières années. L’emprunteur peut recourir dans un premier temps à une caution personnelle. Une personne physique se porte caution pour rembourser les mensualités à en cas de risque de paiement de sa part. Pour ce type de garantie la banque se veut exigeante? parce qu’elle demande que la caution soit dans une situation confortable.

A contrario le cautionnement mutuel, est plus pratique et le moins coûteux pour l’emprunteur. Il s’agit donc de cotiser à un organisme avec d’autres emprunteurs et c’est cet organisme qui se porte caution pour votre financement.

Le nantissement

C’est le type de garantie la moins chère, conçue pour les personnes qui disposent d’un patrimoine conséquent et pourraient le proposer comme garantie. La plupart des nantissements se font sur des assurances vie tandis que d’autres se font sur des bijoux, des œuvres d’art ou tout autre bien de valeur. (Attention : ne mettez en nantissement que des placements ou des biens que vous êtes prêt à perdre).

—————————————

Pour plus d’explication sur la garantie de prêt immobilier

Wikipedia

Coût