Avant d’emprunter, certains points cruciaux doivent être soulevés et étudiés pour éviter d’être arnaqué, tels que le recours au calcul de sa capacité d’emprunt, la durée du remboursement, le taux d’intérêt à choisir et l’assurance emprunteur la plus adaptée.

Assurance emprunteur

– Décès-invalidité : Bien qu’elle ne soit pas obligatoire elle est fortement recommandée, voire exigée par la plupart des établissements financiers.

– Perte d’emploi : Plusieurs banques prêtent sans cette assurance, parce qu’elle n’est pas obligatoire.

Où doit-on souscrire ?

Les professionnels nous conseillent d’aller souscrire son assurance ailleurs, puisqu’il s’avère, en règle générale, que les banques accordant des crédits sont trop chères. Mais malgré ça, il faut faire preuve de vigilance et comparer les offres des agences avant de s’engager réellement  avec un assureur.

Les garanties d’un crédit immobilier

Plusieurs garanties sont inhérentes à  l’obtention d’un crédit immobilier :

La garantie décès

En cas de décès, la compagnie d’assurance se charge du paiement du capital restant dû à l’établissement prêteur. Cela dit, que la dette n’incombe pas aux héritiers de l’emprunteur.

 La garantie invalidité

Il existe deux types de garanties invalidité :

L’absolue et définitive (PTIA) et la permanente partielle ou totale (IPP ou IPT).

La perte totale et irréversible d’autonomie (PTIA)

Nommée aussi IAD (invalidité absolue et définitive) ou Invalidité 3ème catégorie de la sécurité sociale 100%. On parle de PTIA suite à un accident ou une maladie contribuant à une invalidité absolue de l’emprunteur, d’où son incapacité de travailler et de subvenir à ses besoins. Dans cette situation, le montant restant dû est immédiatement payé par l’assurance et la dette bancaire sera tout de suite annulée.

L’invalidité permanente partielle (IPP) ou totale (IPT)

Après avoir engagé un médecin par la compagnie d’assurance pour confirmer l’état d’invalidité partielle de l’emprunteur, l’établissement décide d’assumer le remboursement partiel ou total des mensualités. Mais, il peut choisir de ne pas intervenir, s’il estime que le taux d’invalidité n’est pas important en chargeant un deuxième médecin dans le cadre d’une contre-expertise.

La garantie IPP (ou invalidité 1ère catégorie Sécurité Sociale) est adressée à l’assuré en invalidité permanente ou Partielle à la suite d’une maladie ou d’un accident. Le taux d’invalidité est supérieur à 33% et inférieur à 66%, ce qui empêche l’assuré d’exercer à temps plein une activité professionnelle. Ainsi la garantie prévoit la prise en charge partielle de l’échéance du prêt.

La garantie IPT (ou Invalidité 2ème catégorie Sécurité Sociale est adressée à l’assuré en Invalidité Permanente et Totale, d’un taux d’invalidité supérieur à 66%, le rendant du coup inapte de façon permanente. Dans cette situation la garantie assume les échéances intégralement à sa place jusqu’au bout.

Les points à vérifier avant de signer un contrat d’assurance emprunteur

– Les délais de carence : avant de signer le contrat, vérifiez le délai de carence, c’est-à-dire le temps entre la signature du contrat et le temps ou l’indemnisation est possible. (De 6 mois à un an).

– Les franchises : le délai appliqué entre l’événement (accidents, perte d’emploi, décès…) et la date du début de l’indemnisation. (Les délais courts impliquent une hausse de prix).

– Le niveau de prise en charge : lisez bien les clauses de votre contrat pour s’assurer du niveau de prise en charge de votre assureur. Veillez à ce que le remboursement total ne soit pas uniquement envisagé en cas de décès, mais aussi  en cas de perte totale d’autonomie.

– Les tarifs : Prenez votre temps pour comparer les offres de plusieurs organismes et privilégiez celui qui vous proposent autant de garanties, à des prix raisonnables.