Le rachat de crédit (ou regroupement de crédit) intervient dans des situations d’endettement. Le principe : refinancer un ou plusieurs crédits existants par un crédit unique, et par conséquent avec une mensualité unique. Grâce à ce concept séduisant, de nombreux ménages français sont en mesure de donner de l’air à leurs finances, en obtenant au passage de meilleures conditions pour leurs crédits, dans le contexte actuel de taux bas.
Quels crédits peuvent être regroupés ? Avec quelles implications ? A quels taux ? Pour quelles durées ? Réponses à vos questions dans cet article.

Rachat de crédit : définition et crédits concernés

Les dénominations varient d’un établissement de crédit à un autre : restructuration, consolidation, regroupement de crédit, …, mais le principe est le même. Il s’agit d’un crédit classique, intégrant les éléments classiques d’un crédit. Le prêteur règle les soldes restants dus sur vos crédits existants (d’où le nom de rachat), et vous commencez à rembourser votre nouveau prêt consolidé, par une mensualité unique. Cliquez ici pour des exemples concrets de solutions de rachat de crédit.

Quels crédits peuvent être « rachetés » ?
– Un crédit à la consommation, contracté pour acheter des appareils électroménagers, un véhicule, …

– Un crédit-relais, c’est-à-dire un crédit contracté alors qu’un premier crédit était encore en cours de remboursement,,

– Un crédit immobilier, contracté pour un logement principal,

5 raisons peuvent empêcher votre dossier de rachat de crédit d’être accepté par les organismes financiers spécialisés dans le rachat de dettes :

– Présence au Fichier National des Incidents de Remboursements de Crédits aux Particuliers (FICP),

– Présence au Fichier Central des Chèques (FCC),

– Surendettement,

– Litige avec un de vos établissements prêteurs,

– Caractéristiques personnelles incompatibles avec les critères de l’organisme,

Rachat de crédit : implications

Dans les faits, il existe non pas un, mais plusieurs rachats de crédit. Le type de rachat varie selon votre niveau d’endettement :

– Restructuration de plusieurs crédits : votre niveau d’endettement devient très important, et suite à une baisse de vos revenus, il vous est devenu impossible de rembourser, vous souhaitez que vos mensualités soient réduites afin d’être adaptées à votre capacité de remboursement,

– Regroupement de plusieurs crédits en un : vous souhaitez ne payer qu’une mensualité unique, quitte à rallonger la durée de remboursement,

– Rachat d’un seul crédit, que vous ne devez pas confondre avec la renégociation : vous souhaitez obtenir un taux plus avantageux sur votre crédit actuel, car le taux du marché a baissé, la renégociation se faisant alors auprès de votre établissement prêteur, tandis qu’un rachat se fait par un autre établissement financier,

Dans les 3 cas, les simulateurs en ligne et les agences de courtage sont vos meilleurs alliés. Ils fonctionnent sur la base d’offres de refinancement déposées par les organismes spécialisés auprès d’eux. Grâce à ces bases de données, les propositions de refinancement sont filtrées suivant vos caractéristiques. Résultat : vous n’avez pas besoin de vous déplacer auprès de plusieurs établissements, des conseillers spécialisés pouvant même vous accompagner à distance. Attention : tous ne sont pas gratuits, des débours sont à prévoir.

3 – Rachat de crédit : combien cela coûte-t-il ?

Le rachat d’un crédit immobilier permet donc de réduire le montant de la mensualité, en contrepartie d’un rallongement de la durée de remboursement. Il y a donc un impact sur le coût du crédit. En outre, le prêt consolidé/racheté s’accompagne des frais suivants :

– Frais de dossier,

– Indemnité de Remboursement Anticipé du crédit existant (ou des crédits existants), éventuellement,

– Garantie ou Cautionnement,

– Assurance emprunteur,

Tous ces frais ne seront pas obligatoires, mais doivent être inclus dans le calcul du bénéfice réel de l’opération. Un indicateur auquel vous devrez faire attention est le taux. Concrètement, le taux d’un crédit a 3 composantes :

– Un taux fixe : % fixe négocié au moment du rachat, restant invariable jusqu’au terme du remboursement,

– Un taux variable (également appelé flottant) : % variable en fonction d’un indice, par exemple, l’indice des prix à la consommation de l’INSEE,

– Un Taux Effectif Global (TEG) : % indicatif du coût réel du crédit, car incluant les intérêts, frais et commissions,

Des références de taux de rachat sont fournies par l’Observatoire du Crédit logement, sous la forme de fourchettes en fonction de la durée du crédit immobilier :

– 15 ans : entre 0,97% et 1,50%

– 20 ans : entre 1,16% et 1,70%

– 25 ans : entre 1,40% et 1,91%

4 – Rachat de crédit : les garanties

Les garanties sont-elles nécessaires, oui, mais suivant le type de crédit racheté, la durée et votre niveau d’endettement. Le principe est le suivant : plus votre dossier est complexe (nombre de crédits, découverts, prélèvements rejetés, …), plus probable sera l’exigence d’une garantie.

4 types de garanties sont généralement requises :

– Hypothèque

– Caution

– Garantie hypothécaire

– Cession de salaire

Même si cela n’est pas évident, la garantie hypothécaire joue en votre faveur : elle permet de faire baisser le taux d’un crédit immobilier et de rallonger le terme du rachat à + 12 ans notamment lorsque la capacité de remboursement est limitée ou le niveau d’endettement est trop important.

Notez enfin que la garantie hypothécaire n’est généralement pas requise si la durée du rachat est inférieure à 12 années, ou si le niveau d’endettement post-rachat ne dépasse pas 33%.